CRéER sa startup quand on est etudiant, un rêve ou une réalité ?

La France compte 2,7 Millions d’étudiants dans l’enseignement supérieur, autant de jeunes en quête de sens et de liberté qui veulent changer le monde !

Créer son entreprise apparaît alors comme la solution rêvée. Pourtant, beaucoup d’étudiants n’osent pas encore sauter le pas. Les raisons pour cela ? La crainte d’un manque de temps, de financements, de compétences ou encore de légitimité.

Et pourtant ! Les études, peuvent être le bon moment pour développer ton projet entrepreneurial. On va te montrer pourquoi en 5 points et te donner les clés pour concilier tes études et ton projet entrepreneurial !

I- LES ACTEURS POUR T’ACCOMPAGNER

La crainte d’un manque de compétence et de légitimité te freine à te lancer ? Pourtant en tant qu’étudiant tu as de nombreuses forces à faire valoir ! Il existe des acteurs à solliciter pour t’apporter les connaissances dont tu aurais besoin. Mais alors qui sont ces acteurs ?

1) LES INCUBATEURS ACADÉMIQUES

Dans certaines universités et écoles tu peux retrouver des incubateurs dédiés aux étudiants qui vont t’accompagner dans ton projet en s’adaptant à tes besoins. Tu bénéficies de l’accompagnement d’experts et cela renforce ta légitimité vis à vis de tes potentiels partenaires (ex: ton banquier). Etre accompagné au sein d’un incubateur c’est:

→ Un accompagnement personnalisé

→ L’intervention d’experts sur des thématiques

→ Une mise en réseau

→ Des locaux où se mêle travail et bonne ambiance

→ Et de nombreux autres bénéfices

A l’Université de Montpellier tu as l’incubateur i-Lab de l’UM ! L’incubateur qui accompagne les étudiants, les jeunes diplômés, les doctorants et les chercheurs dans leur projet de création d’entreprise.

2) TES PROFESSEURS

Quand tu as ton idée de projet et que tu veux te lancer, il est toujours préférable d’en parler autour de soi (à des personnes de confiance) . Tu peux alors te tourner vers tes professeurs qui pourront te conseiller et t’informer sur les aides et structures existantes.

3) LES PROGRAMMES D’ENTRAINEMENT

Pour t’aider à te lancer il existe aussi des programmes d’entraînement à l’entrepreneuriat. Cela te permet d’expérimenter l’entrepreneuriat et de tester tes aptitudes (ex: Les Entrep’ ou Enactus). Un bon moyen de savoir si l’entrepreneuriat est fait pour toi !

4) PEPITE

PEPITE te permet d’obtenir un statut national d’étudiant entrepreneur (SNEE) et de bénéficier d’un mentorat avec un spécialiste. C’est un acteur incontournable à solliciter quand on est étudiant et que l’on veut entreprendre. Mais qu’est ce que le SNEE ? Ca tombe bien on en parle juste après !

II- LES DISPOSITFS D’AMENAGEMENTS (SNEE)

Entre les cours, les partiels ou le stage il est parfois difficile de concilier son planning d’étudiant avec sa volonté d’entreprendre, mais heureusement pour toi, il existe le SNEE.

Le SNEE c’est le Statut National d’Etudiant Entrepreneur, délivré par PEPITE. Il te permet de bénéficier d’aménagements pour concilier tes études et ton projet d’entreprise. 3 aménagements sont possibles:

→ Valorisation en ECTS sur le diplôme

→ Aménagement d’emploi du temps

→ Substitution du stage

Attention malgré tout à garder un équilibre projet-études !

III- LES SOLUTIONS DE FINANCEMENT

On le sait, être étudiant rime souvent avec des capacités de financement propres faibles (voire très faible). Mais ne t’en fais pas, il existe des leviers sur lesquels tu peux t’appuyer pour financer ton projet.

1) La love money

Comme son nom l’indique, elle fait référence à tes affects proches (amis et famille). Ces derniers financent ton projet, rentrent au capital et peuvent ainsi bénéficier d’avantages fiscaux.

2) Les concours étudiants

Il existe de nombreux concours dédiés uniquement aux jeunes créateurs d’entreprise grâce auxquels tu peux gagner des subventions allant jusqu’à 10 000 euros. Tu as notamment le prix Pépite, le prix Moovjee, Graine de boss ou encore le Petite Poucet.

3) Le crowdfunding

Le crowdfunding te permet à la fois de financer ton projet d’entreprise et à la fois de te créer une base de communauté (early adopters). Parmi les sites les plus connus tu retrouves Ulule, Kisskissbankbank ou Wizeed.

4) Des prêts adaptés

L’ADIE propose notamment un accès au microcrédit (max 10000€) et au prêt d’honneur (max 3000€) à taux zéro. Ces prêts ont l’avantage d’être plus facilement accessibles que des prêts traditionnels. 

5) Des aides financières

→ Jeune Entreprise Universitaire (JEU) / Jeune Entreprise Innovante (JEI) : permet de bénéficier d’avantages fiscaux et sociaux pour les entreprises détenus par des étudiants ou des jeunes diplômés.

→ L’Acre: est une aide à la création d’entreprise prenant la forme d’une exonération partielle de charges sociales pendant les 12 premiers mois d’activité.

→ Cap’Jeunes : permet de financer les jeunes créateurs d’entreprise de moins de 26 ans, en situation de précarité. L’aide financière s’élève à 2000 euros.

⇒ L’idée n’est pas de choisir un de ses solutions mais plutôt de les additionner afin de diversifier tes sources de financement. Ce sont les petites rivières qui font les grands fleuves.

CONCLUSION

⇒ En résumé, tu peux donc t’appuyer sur de nombreux leviers et dispositifs existants pour entreprendre pendant tes études ! A noter, que les risques sont moins nombreux que lorsque tu es dans la vie active.

Tu l’auras donc compris entreprendre pendant ses études, OUI c’est possible ! Et qui de mieux placé pour en parler qu’un étudiant entrepreneur ? Retrouves le témoignage de Louis Zoccoli, étudiant entrepreneur incubé à l’i-Lab de l’UM.

En 2020, 41 % des entrepreneurs en France ont moins de 30 ans (source INSEE) et tu as maintenant toute les clés pour en faire partie toi aussi !

Category
Tags

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *